SE RETABLIR

Avoir une activité, fonctionner dans la communauté, maîtriser ses symptômes, prévenir les crises, savoir gérer les éventuelles rechutes, bénéficier d’un système de soin, retrouver une bonne santé subjective, réaliser un projet de vie, et bien d’autres choses encore, sont possible. Face à la schizophrénie, le rétablissement permet de retrouver une qualité de vie satisfaisante malgré le handicap et de viser l’autonomie et l’autodétermination.

Prises autrefois comme des malades «à enfermer», les personnes souffrant de schizophrénie sont aujourd’hui considérées comme des personnes capables de jouer un rôle actif dans la société. Cette nouvelle conception de la maladie et l’importance accordée à l’individu atteint de schizophrénie ont favorisé le développement d’un processus permettant aux malades de définir des objectifs et d’assumer des responsabilités: le rétablissement.

Celui-ci est compris comme une démarche de reconstruction et de changement en plusieurs étapes. Ce processus va permettre aux personnes atteintes dans leur santé psychique de retrouver de l’espoir, de redéfinir leur identité, de redonner un sens à leur vie et de la reprendre en main malgré la maladie et avec cette dernière, et cela en ayant aussi la possibilité d’accéder à un système de soin approprié et personnalisé.

Dans cette perspective, le traitement des symptômes à l’aide de médicaments est généralement nécessaire, mais s’inscrit dans une perspective plus large de reconstruction de vie.

Comme en cas de jambe cassée, suivant la gravité de la fracture, il n’est pas toujours possible de gambader comme avant. Cela dit, si la rémission absolue des symptômes ne peut être aujourd’hui complètement assurée, la schizophrénie est une maladie qui s’améliore avec le temps.

Les étapes du rétablissement et les mesures essentielles à la réhabilitation des malades sont présentées ici.