Une personnalité forte, atypique, hors du commun est souvent un des ingrédients nécessaires à la narration d’une histoire. Et le cinéma aime raconter des histoires. De ce fait, un nombre impressionnant d’œuvres traite de la schizophrénie dans le 7e art.

Malheureusement, les cinéastes et le public se représentent mal la schizophrénie. Elle est souvent filmée de façon trop réductrice, véhicule des idées fausses, comme uniquement un dédoublement pathologique de la personnalité.

A l’opposé, une excentricité dans le caractère d’un personnage sera trop facilement étiquetée de schizophrénie. Ce grain de folie qui fait la singularité de chacun, est maintes fois utilisé comme un stigmate pour accroître l’intérêt dramatique ou comique d’une toile. Et d’autres, comme par magie, tombent juste.

Mais tout cela est si personnel… Ne vous privez pas du plaisir de vous faire votre propre opinion.

Des films!

Nous vous proposons trois séries de réalisations:
Films de fiction traitant avec justesse de la maladie
Documentaires visibles en ligne
Films ayant une vision stéréotypée

Quatre films traitant avec une justesse certaine et poétique de la maladie:

I’m a cyborg, but it’s okay
Corée du Sud / 2006 / Park Chan-wook
Avec Lim Soo-Jung, Jung Ji-Hoon, Choi Hee-Jin

Hospitalisée en psychiatrie, Young-Goon est persuadée d’être un cyborg. Elle refuse de s’alimenter, préférant sucer des piles et parler aux distributeurs automatiques. Il-Soon pense quant à lui que Young-Goon va parfaitement bien! Grâce à son pouvoir qui lui permet de s’approprier la personnalité des gens qu’il observe, il est le seul à la comprendre. En tombant fou amoureux d’elle, il va tenter de la ramener à la réalité… Un film extrêmement poétique présentant de manière réaliste et bien documentée la vie en institution.

Un homme d’exception
USA / 2001 / Ron Howard
Avec Russel Crowe, Ed Harris, Jennifer Connelly

Inventeur bien réel dans les années 50 d’un concept révolutionnaire en économie moderne, John Nash entre secrètement au service du Département de la défense, qui compte utiliser ses prodigieux talents de déchiffreur. Mais sa mission tourne à l’obsession, et Nash sombre dans une schizophrénie paranoïde. Un autre combat d’envergure s’engage pour lui…
Le film obtient 4 oscars en 2002.

Shine
Australie / 1996 / Scott Hicks
Avec Geoffrey Rush, Noah Taylor, Armin Mueller-Stahl


L’histoire de Shine s’inspire de la vie de David Helfgott, pianiste australien aux dons exceptionnels. Ses graves troubles psychiques l’éloignèrent de la scène pendant près de dix ans. Cependant, en 1984, il fit un retour triomphal qui relança sa carrière. Un film magnifique qui présente bien l’impact du stress sur l’apparition des symptômes.

La liste des récompenses reçues par le film est longue: 9 Australian Films Awards, Prix du public au Festival de Sundance, Prix de la critique au Festival de Toronto, Oscar du meilleur acteur pour Geoffrey Rush…

Spider
Canada / 2001 / David Croenenberg
Avec Ralph Fiennes, Miranda Richardson, Gabriel Byrne, Braley Hall


Spider, c’est l’histoire d’un petit garçon, surnommé ainsi par sa mère, dont l’esprit est envahi peu à peu par une araignée, celle de la folie. Tous les après-midis que le fils et la mère passent ensemble, ils ne cessent d’évoquer l’univers des araignées. Déjà petite fille, Madame Cleg était fascinée par ces roues d’argent tissées par une araignée, qui se dessèche et meurt quand elle n’a plus de soie en elle. Spider tisse ainsi sa toile vers l’inéluctable: la perte de son esprit.
«Spider est un film sur les psychoses et la reconstruction de la réalité, ou plutôt sur le processus de construction de la réalité» Cronenberg

A découvrir aussi:

  • Rien ne s’oppose à la nuit
    Delphine de Vigan : biographie romancée sur la mère de l’auteur, atteinte de schizophrénie.
  • Angel Baby
    1995, Michael Rymer : un amour entre deux personnes atteintes de schizophrénie.
  • Julien Donkey-Boy
    1999 Harmony Korine : un jeune homme schizophrène délaissé par sa famille, à l’exception de sa sœur qui s’inquiète pour lui.
  • La Isla Interior (L’île intérieure)
    2012, Dunia Ayaso et Félix Sabroso : deux frères et leur sœur tentent de surmonter le suicide de leur père schizophrène.
  • La vie à la folie
    2002, John Carney : trois jeunes en institution tentent de surmonter leurs troubles.
  • People say I’m crazy
    2004, John Cadigan : autoportrait documentaire d’un schizophrène.
  • Une femme sous influence
    1974, John Cassavetes : une femme tente désespérément de communiquer avec le monde qui l’entoure.

Nous vous indiquons également deux films, au caractère documentaire, que vous pouvez visionner en ligne:

Hôpital Psy à Cœur Ouvert, Temps Présent (RSR, 4 février 2010)
http://www.tsr.ch

Autoportrait d’un schizophrène, Eric Duvivier (1977)
http://www.canal-u.tv

Et voici quatre films très connus, dont nous ne jugeons en rien de la qualité artistique, mais qui proposent une image tronquée de la maladie.

Gothika (2004, Mathieu Kassovitz)
Présentée comme schizophrène, l’héroïne est diabolisée et violente.

Fous d’Irène (2000, frères Farrelly)
Ce film fut condamné par plus de 50 associations et institutions aux USA, au Canada et en Australie. Trois aspects sont dénoncés: la schizophrénie n’est pas un trouble de personnalité multiple, la maladie n’est pas associée à des comportements violents, et ses symptômes et traitements ne devraient pas être présentés comme une blague. Cette mobilisation a permis notamment de faire changer l’affiche, le descriptif et les sous-titres du film!

Fight Club (1999, David Fincher)
Un exemple clair de dédoublement de la personnalité, lié à des comportements violents… Ce qui, faut-il le rappeler, n’est absolument pas caractéristique de la schizophrénie!

Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975, Milos Forman)
Très apprécié du public, ce film présente une vision très stéréotypée et résolument éloignée de la réalité de la vie en institution. Le film montre notamment une infirmière cheffe sadique, qui utilise l’électrochoc et la lobotomie comme arme pour punir. Une cruauté et des traitements qui n’ont pas leur place dans les services psychiatriques sérieux.