Son traitement

La schizophrénie est une maladie qui se soigne
Contrairement à ce qu’on pense souvent, on ne reste pas «fou» toute sa vie!
Et lorsqu’une guérison complète n’est pas possible, on arrive quand même à stabiliser les symptômes ou à les rendre acceptables. Il faut relever que plus on intervient tôt, plus on a de chance que le traitement soit efficace.

Le traitement nécessite une approche multiple
La psychothérapie et les médicaments sont des éléments clés pour soigner la maladie. L’encadrement multidisciplinaire apporté  par l’équipe soignante et le soutien de l’entourage (familles, proches, amies et amis) sont également essentiels.

A quoi servent les neuroleptiques?
Il existe différentes familles de médicaments qui agissent sur l’humeur, sur les angoisses ou encore sur la perception qu’ont les malades du monde qui les entoure. Les neuroleptiques ont, pour leur part, des effets sur les hallucinations, les idées bizarres et la désorganisation de la pensée, symptômes typiques de la schizophrénie.

Et tout ça, ça marche vraiment?
Oui! Dans 85% des cas, les symptômes ont disparu dans les 6 mois. Si c’est un premier épisode de la maladie, on conseille de garder la médication pendant 12 mois avant de la diminuer progressivement. S’il y a rechute, la poursuite de la médication à plus long terme doit être discutée.
Si une médication ne marche pas, il en existe plusieurs autres qui peuvent être essayées. Il y a aussi d’autres moyens pour diminuer ou contrôler les voix qui sont souvent un bon complément au traitement.

L’équilibre de la personne dépend de ses ressources propres, du soutien de l’équipe soignante et de son entourage, de la psychothérapie et des médicaments.

Se rétablir
Se rétablir n’est pas seulement lié à la disparition des symptômes dans la schizophrénie. De nombreuses personnes peuvent avoir des hallucinations ou des délires atténués et mener une vie normale. Les éléments les plus importants pour se rétablir sont l’espoir et le maintien de liens avec un entourage proche. Le rétablissement se passe par étapes. La personne doit d’abord digérer ce qui lui arrive, puis prendre conscience de ses perceptions et de leurs conséquences. Passé le premier choc, elle reprend espoir, recherche l’appui de son entourage. Dans une phase de cicatrisation, elle fait ensuite le bilan de ses forces et de ses faiblesses, puis utilise son expérience pour grandir. > En savoir plus